Comment la RTS est parvenue à maintenir son opération caritative Cœur à Cœur

09.12.2020

Depuis plusieurs années, l’opération caritative Cœur à Cœur, qui défend le droit à l’enfance, est devenue un rendez-vous incontournable pour les Suisses romands, juste avant Noël. La formule, bien connue en Belgique notamment, consiste pour des animateurs radio à s’enfermer une semaine dans un studio en partie vitré, y vivre et y animer une émission radio en continu dans l’optique de récolter de l’argent pour une cause. Sauf que cette année la Covid est venue tout remettre en cause, à commencer par les opérations sur le terrain en raison des mesures sanitaires.

Dès lors, il aurait été des plus compréhensibles que la RTS fasse l’impasse sur Cœur à Cœur en 2020. Un scénario qui a pourtant été balayé par l’équipe de projet au premier rang duquel Jean-Luc Lehmann: «Les enfants qui sont victimes de violence, qu’elles soient physiques ou morales, ont vécu des choses encore plus difficiles pendant le confinement.» L’opération aura donc lieu du 12 au 18 décembre.

 


Vincent Veillon, Tania Chytil et Philippe Martin, l'équipe d'animation de Cœur à Cœur 2020. (photo : Anne-Laure Lechat).

 

Concept itinérant et Covid compatible

Restait à proposer un concept qui soit avalisé par la cellule sanitaire RTS. Celle-ci veille au jour le jour à ce que la production d’émissions se fasse en suivant les concepts de protection sanitaire. Première décision logique : exit le cube qui aurait forcé l'équipe d'animation à vivre dans un endroit confiné. Ce faisant, on évitait aussi que les gens n’affluent tous les jours sur le lieu de l’opération.

Seconde décision: «Comme nous voulions vraiment garder ce contact avec le terrain et, autant que possible avec la population encore largement confinée chez elle, nous avons décidé de rendre l’opération itinérante.» C’est donc sous la forme d’une caravane parcourant les cantons suisses romands, avec des villes-étapes chaque soir, que se déroulera Cœur à Cœur. Le tout dans le respect d’un concept sanitaire rigoureux, cela va sans dire.
 

Du jamais-vu en Suisse en radio/TV

Cette option ne sera pas celle de la facilité du côté de la technique: «Nous serons en direct absolu et continu depuis le terrain; l’émission sera pilotée intégralement depuis la rue entre 6h et 18h et nous serons par ailleurs longuement en TV sur RTS Deux toute la journée.» La RTS s’apprête donc à diffuser un programme très audacieux et inédit sur son antenne principale radio (La Première) avec une couverture télévisuelle très importante.

L’opération bénéficiera toujours de l’étroite collaboration de la Chaîne du Bonheur (le «bras humanitaire» de la SSR), qui sera chargée de la récole des fonds. Elle sera aussi soutenue par sept radios régionales romandes. L’année passée, 3.140.136 francs suisses (environ 2,9 millions d'euros) ont été récoltés en sept jours. Qu’en sera-t-il cette année ?
 

Nicolas Bastard / RTS