« Washington d'ici » : le podcast de l'actualité américaine par les correspondant(e)s des radios francophones publiques

07.11.2019

À un an d'une élection présidentielle cruciale aux États-Unis, les rédactions des Médias Francophones Publics unissent leurs forces pour lancer le podcast original Washington d'ici. Tous les quinze jours (et dès que l'actualité l'exigera), les correspondant(e)s de Franceinfo, la RTBF, Radio-Canada, la RTS et RFI mettront en commun leurs infos recueillies au plus près sur la présidence Trump, les coulisses de la Maison-Blanche mais aussi les tendances qui traversent toute la société américaine. Une initiative née sur le terrain que nous racontent les journalistes Raphaël Grand (RTS) et Grégory Philips (Franceinfo), à l'origine de ce projet du côté des correspondants présents dans la capitale fédérale.

> Comment est née l'idée de ce programme commun à toutes les radios des MFP ?

(Raphaël Grand) Il y avait des idées en gestation, notamment du côté de la RTS et de Radio France. Cet été, je croise Grégory par hasard à l’aéroport de Denver (Colorado). Je rentrais d’un reportage et lui partait couvrir une fusillade au Texas. En attendant nos avions respectifs, nous nous sommes dit qu’il faudrait unir nos forces dans un projet de podcast original. Par la suite, nous avons appelé les correspondant(e)s de Radio Canada, la RTBF et RFI. Je me rappelle de mon premier coup de fil à Raphaël Bouvier-Auclair, de Radio Canada. Je lui dis : «Salut, on ne se connaît pas, mais j’ai un projet à te proposer... Est-ce que ça t’intéresse ?» Au final, tout le monde a sauté dans cette idée de podcast. Et ce, jusqu’au sommet de nos hiérarchies respectives, qui ont dû coordonner la diffusion, l’habillage, les aspects techniques et même le titre, pour lequel il a été difficile de dégager un consensus... (Sourire.)

(Grégory Philipps) L’idée de départ, c’était vraiment de se dire : à cinq, on sera plus forts, et on pourra offrir nos regards différents sur cette actualité américaine et cette présidence Trump. A cinq, on donne aussi à écouter cinq fois plus de reportages et d’angles différents.
 

> Quels sujets allez-vous aborder avec les autres correspondant(e)s des radios francophones publiques présent(e)s à Washington ?

(Raphaël Grand) On va essayer de coller tout de même à l’actualité. L’élection présidentielle, qui va se dérouler jusqu’en novembre 2020, sera notre fil rouge. Mais on va essayer aussi de sortir de la bulle politique de Washington.

(Grégory Philipps) Nous utiliserons aussi les compétences et les appétences de chacun. Sonia Dridi, correspondante de la RTBF, est souvent au Congrès et à la Maison-Blanche. Elle nous en dévoilera les coulisses. Raphael Bouvier-Auclair a le regard du voisin canadien sur ce qui se passe ici, c’est intéressant. Anne Corpet, de Radio France Internationale, est celle parmi nous qui est la plus à même d’expliquer et de décrypter les enjeux à l’international de ce scrutin…

 


Les correspondant(e)s des radios MFP au Watergate, pour l'enregistrement du premier épisode de Washington d'ici : (de g. à dr.) Raphaël Grand (RTS), Raphaël Bouvier-Auclair (Radio-Canada), Sonia Dridi (RTBF), Anne Corpet (RFI) et Grégory Philipps (Franceinfo). (DR)

 

> Par rapport à un format diffusé à l'antenne, que va vous permettre le podcast natif ?

(Raphaël Grand) Ça permet de s’étaler un peu… Ce que l’on ne peut pas toujours faire à la radio. Ce podcast nous permet aussi de raconter les coulisses de nos reportages. Et il y a, je crois, un intérêt du public à s’attarder sur la mécanique de l’élection présidentielle américaine. Et celle-ci est si particulière, avec un Président sous la menace d’une procédure d’impeachment.

(Grégory Philips) Nous pouvons avoir un ton plus décontracté. Raconter des anecdotes qui ne passeraient pas sur nos antennes respectives, prises parfois dans le flot continu de cette actualité américaine.
 

> Cette volonté de transparence sur votre travail quotidien de journalistes, est-ce aussi une manière d'entretenir la relation avec les publics de nos médias à un moment où la confiance se dégrade ?

(Raphaël Grand) Oui, je pense que c’est devenu un aspect essentiel de notre métier. Dans le cas de ce projet, nous utilisons l’outil, par excellence, de Donald Trump : Twitter. Nous avons créé le compte @DiciWashington, qui doit nous permettre de tisser une relation avec le public. On tâchera d’alimenter ce compte et de le faire vivre tout au long de la campagne présidentielle. Nous essaierons aussi de répondre aux questions et remarques des auditeurs via ce canal.

(Grégory Philipps) Dans ce podcast, on a aussi envie de raconter comment on travaille, les coulisses de notre métier, jusqu’à quel point on peut avoir accès aux candidats. A ce stade de la campagne, il nous arrive encore de croiser les candidats démocrates dans les avions, à l’aéroport national de Washington, sur la route. Nous voulons décrire cela dans ce podcast. On essayera aussi de raconter la réalité du métier de correspondant aux Etats-Unis, les relations avec l’équipe de Trump, les coulisses de notre fonction. Tout ça dans une époque si passionnante à observer !
 

Propos recueillis par Hervé Lefèvre / Les MFP

 

> « Washington d'ici », un podcast original à suivre sur les sites et applis des médias partenaires, ainsi que sur Apple Podcasts.